One O One (101)

Techno Paradis

Nous sommes au début des années 80, et Clermont-Ferrand transpire le rock. La scène locale mais également les grandes stars de passage, des Béruriers Noirs à Sebadoh ainsi que les mythiques Garçons Bouchers, s’arrêtent tous au 3 Rue du Coche, dans un lieu répondant au doux nom de Club 3000. La décennie suivante, la salle change de nom, devient le Sonic RDV, puis le Velvet, et enfin, depuis 2011, le One O One. Une modification de patronyme, de style aussi, mais l’éthique reste la même : proposer une programmation à la fois pointue et populaire. Comment ? En accueillant, d’une part les grands talents de demain : Dj Hell, Agoria, Feadz, The Hacker et Miss Kittin y ont joué à leurs débuts. Mais plus important encore, en proposant un véritable melting pot d’influences, un regard vers le passé, un autre vers l’avenir. Autrefois uniquement rock, le lieu est désormais une vitrine du clubbing mondial, et propose des shows tout autant visuels que musicaux.

Sans oublier pour autant ses premiers amours. Ainsi, chaque fin de semaine, les mélomanes font leur choix. Le jeudi, des concerts et soirées rock ou new wave sont organisés en partenariat avec des associations locales. Chaque vendredi, des dizaines d’amateurs de house, de techno et d’électro passent la porte du club, descendent ce petit escalier les menant à cette grande cave pouvant accueillir près de 300 personnes. Le samedi, ce sont les notes choisies par le DJ résident, Syrob, fan de Depeche Mode, Dopplereffekt et Jeff Mills, qui résonnent sous les néons roses. Pour résumer : le One O One, c’est une cave, un club, une salle de concert, une histoire, un esprit, une attitude. Et un nouveau membre : vous !

Nico Prat